JOURNEE INTERNATIONALE DE L’ALPHABETISATION

Le mercredi 8 septembre 2021

Depuis 1967, la journée internationale de l’alphabétisation est fêtée le 8 Septembre !
Le thème de cette année est « L’alphabétisation pour une reprise axée sur l’humain : réduire la fracture numérique ».

Nous vous proposons donc 5 livres autour de l’illettrisme, de l’alphabétisation et de l’apprentissage de la lecture.

JOURNEE INTERNATIONALE DE L'ALPHABETISATION


« Alphabétisation d’adultes : Se former, se transformer » sous la direction de Etienne Bourgeois, Sabine Denghien et Benoit Le Maire (adultes)

Qu’est-ce qui décide une personne adulte en situation d’illettrisme à franchir la porte d’un centre de formation en alphabétisation ?
Que vient-elle chercher en formation ? Quels sont les effets réels de la formation sur l’« apprenant », au-delà de la maîtrise de la langue écrite ?
Quels sont les facteurs qui facilitent ou font obstacle à son engagement dans la formation ?
C’est à ces questions qu’ont voulu répondre les acteurs d’une association d’alphabétisation de Belgique francophone, dans le cadre d’une recherche qu’ils ont menée avec un enseignant-chercheur universitaire.
Cette recherche a ceci de particulier qu’elle a donné largement la parole aux apprenants eux-mêmes, ainsi qu’aux formateurs et formatrices, sur ces différentes questions.


« A toi de lire, Sarie ! » de Nikki Daly (0-5 ans)

Sarie n’aime pas l’école. Chaque fois qu’elle doit lire à voix haute, les mots se coincent dans sa gorge et les autres enfants se moquent d’elle.
Une seule personne la comprend : une vieille dame, Mme Helen, qui lui raconte de merveilleuses histoires.
Un jour, Sarie trouve un très vieux livre, et les deux amies commencent à le lire ensemble.



« La lettre déchirée » de Ella Balaert (10-13 ans)

Pas facile d’avouer qu’on ne sait pas lire, à treize ans, alors qu’on redouble sa sixième !
Depuis le départ de son père, quand il avait six ans, Stéphane vit muré dans la solitude et le silence, cachant son ignorance à tous, même à sa mère.
Mais son secret est bien lourd à porter. Combien de temps pourra-t-il encore cacher la vérité ?



« Le Liseur » de Bernhard Schlink (adultes)

À quinze ans, Michaël fait par hasard la connaissance d’Hanna, trente-cinq ans, dont il devient l’amant.
Pendant six mois, il la rejoint chez elle tous les jours, et l’un de leurs rites consiste à ce qu’il lui fasse la lecture à haute voix.
Cette Hanna reste mystérieuse et imprévisible, elle disparaît du jour au lendemain.
Sept ans plus tard, Michaël assiste, dans le cadre de ses études de droit, au procès de cinq criminelles et reconnaît Hanna parmi elles. Accablée par ses coaccusées, elle se défend mal et est condamnée à la détention à perpétuité.
Mais, sans lui parler, Michaël comprend soudain l’insoupçonnable secret qui éclaire sa destinée, et aussi ce premier amour dont il ne se remettra jamais. Il la revoit une fois, bien des années plus tard. Il se met alors, à écrire leur histoire, et son histoire à lui.



« Orphelin des mots » de Gérard Louviot (adultes)

Gérard a grandi en Bretagne, dans une famille d’accueil. Enfant, il est incapable de retenir une leçon et d’apprendre à lire. Tétanisé par la honte, il doit affronter les moqueries et les vexations.
Adulte, sa vie devient un parcours du combattant, en plus de son handicap s’ajoute la peur d’être démasqué comme illettré. À 35 ans, il ose se confier à son patron. Touché par la souffrance de cet homme, le chef d’entreprise lui offre la possibilité de prendre des cours. Plus qu’une libération, c’est une renaissance. Pour la première fois, un livre raconte cette humiliation touchant, en France, près de 3 millions d’illettrés à vivre à l’écart de la société.


N’oubliez pas la Boîte à Livres gérée par Pascale, vous pourrez peut-être les trouver.